29 oct. 2011

TINTIN C TWA KE TAI LE MEYEUR

Il a bercé l’enfance de nos grands-parents, je ne parle pas du maréchal Pétain. Il a bercé l’enfance de nos parents, je ne parle pas du Abbey Road des Beatles. Enfin, il a bercé notre enfance via ces mêmes albums à la devanture cornée et aux cases jaunies, je parle bien entendu de Tintin. Des Cigares du Pharaon au Lotus bleu, les albums de Tintin se sont transmis d’une génération à l’autre - un peu comme l’antisémitisme - et gamins, nous nous sommes promis de les offrir un jour à nos mômes. Car voilà ce que représente Tintin au-delà de ses aventures à Jakarta, Tombouctou ou Auschwitz : un passage de témoin. Une partie de notre enfance que l’on lègue pour qu‘à leur tour nos moutards résolvent l‘affaire Tournesol.
Problème. Que fera la prochaine génération de Tintin ? Transmettra-t-elle à son tour les fameuses bds de Hergé ou se contentera-t-elle d’un fichier .avi du Tintin : le secret de la Licorne réalisé par Spielberg ? Déjà que les Belges se sont faits tirer les frites par McDonald’s, ils ne leur restent plus à leur patrimoine que Tintin, alors agissons. Comment ? Comme en 1964 lorsque Tintin et les oranges bleues est sorti : nos aïeuls ont eu le bon goût de le trouver merdique et de renvoyer illico presto Jean-Pierre Talbot et Jean Bouise direction Moulinsart.
Fort d’un budget de 135 M$ pour s’octroyer les tout derniers Intel Pentium du marché, Spielberg & Jackson ont rassemblé ce que l’univers compte d’informaticiens pour concevoir « un hommage vibrant à l’œuvre de Hergé » serti de pixels et d’eurodollars investis dans le cachet d’acteurs hollywoodiens méconnaissables une fois motioncapturisés. Toute la thune ayant été dilapidée au rayon multimédia de la fnac, Spielby et Jacks ont recruté les seuls scénaristes acceptant de bosser pour pas un radis : Stephen Moffat (Docteur Who) a signé le script, Edgar Wright (Scott Pilgrim) et Joe Cornish (un type bon en grammaire je suppose) ont rajouté des vannes pour enfants en bas âge - des rots. Le reste de cette entreprise n’est qu’informatique, logiciels, modélisations de coordonnées (x,y,z) et rails de coke (en stock) à 8h du mat’.
Il l’a prouvé avec Indiana Jones lorsque la critique européenne lui a soumis Tintin sous les yeux, Spielberg, le picarresque ça le connait. L’être pur et curieux aka Tintin, c’est l’archétype spielbergien en chef. Sur le papier, Spielby est donc l’homme de la situation, Hergé de son vivant lui ayant d‘ailleurs donné sa bénédiction. Qu’est-ce donc que ce bordel à l’écran alors ? Niveau adaptation : pas une trace des frères Loiseau. Envolés ? Niveau graphisme : chaque personnage a un nez maousse en travers de la figure, on se croirait à Groland. Niveau mise en scène : hormis des réflexions dans à peu près tout ce qui reluit (miroir, flaque, le visage de ta sœur), Spielberg nous ressort les mêmes course-poursuites que celles d’Indy 4. Tintin arrive à son climax lorsque Haddock rote son whisky dans le réservoir d’un avion pour le relancer, on sent vibrer à cet instant « l’hommage au génie de Hergé » dans toute la salle. Pour finir, félicitations à Gad Elmaleh qui est autant impliqué dans le film que Stéphane Guivarc’h dans la victoire française de la Coupe du monde en 98 : 2 minutes à l’écran pour autant de répliques, une belle carrière à l’internationale qui se confirme après son rôle d’envergure dans le dernier Woody Allen.
Tin mé vivemen ka mé zenfans c mwa ke jleur trensmete le dvd 2 Tintin komen ki von tro etre konten franchmen, mer6 stivene chpilbergue t tro for lol.

Les 19 commentaires idiots

  1. Bientôt les Krostons dans toutes les salles de ciné...Tintin s'enfuit déjà face aux Krostons !!!

    RépondreSupprimer
  2. "Pour finir, félicitations à Gad Elmaleh qui est autant impliqué dans le film que Stéphane Guivarc’h dans la victoire française de la Coupe du monde en 98" => génial. Merci pour le fou rire.

    RépondreSupprimer
  3. Il leur reste encore Eddy Merckx aux belges ! Un grand champion qu'on n'oublie trop vite ...

    RépondreSupprimer
  4. On s'en branle d'Eddy Merckx. Tant qu'on sait encore fourrer des frites mayo dans le cul des gosses. C'est le principal.

    RépondreSupprimer
  5. Reparle comme ça d'Eddy et c'est autre chose que des frites mayo qui finiront dans ton fion

    RépondreSupprimer
  6. Plus de place, désolé l'enflure !

    RépondreSupprimer
  7. Attends, attends, t'as pas vu les interviews de Gad au 20h : "Steev' te laisse une totale liberté pendant le tournage, c'est une expérience formidable".

    Sinon, à part les rots, le film est techniquement époustouflant, mais vous ne le reconnaîtrez pas ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Superbe chronique! Je ris tout seul devant mon pc de boulot.
    Je n'ai pas été aussi vindicatif de mon côté mais j'avoue que vous avez fait trés fort! Bravo

    RépondreSupprimer
  9. Ouais mais on juge pas une technique, on juge un film.

    RépondreSupprimer
  10. Il leur reste Soulwax aux Belges, et là on peut toujours essayer de les plagier, on n'y arrivera pas.

    RépondreSupprimer
  11. Jpense que la technique peut être jugée au même niveau que la mise en scène ou le graphisme (en tout cas, de plus en plus)
    Cool chronique!

    RépondreSupprimer
  12. Votre vanne sur Gad Elmaleh me plait davantage que ce film. :)

    RépondreSupprimer
  13. Stéphane Guivarc'h mérite bien plus que les moqueries de critiques fort médiocres...

    RépondreSupprimer
  14. sinon quand on a du talent et un brin d'esprit critique, ce qui semble faire défaut et dans un cas et dans l'autre à votre bande de rebelle en carton façon Che Guevara imprimé sur vos sacs...

    on peut écrire ça: http://gizmo-inc.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=238&Itemid=94

    RépondreSupprimer
  15. J'allais dégager tes liens car j'aime pas trop que des teubés viennent profiter de nos lectorat pour avoir plus de 2 visites par jour sur leur site, mais ton site est tellement pourri et ridicule que je vais le laisser, histoire que nos lecteurs puissent se foutre un peu de ta gueule, ça m'fait plaisir.

    RépondreSupprimer
  16. Ah mais c'est l'aut' débile de twitter @bitekiyoshisucedesbites qui vient faire sa pub pour son blog de tarlouzes. Mec, retourne te branler sur tes hentais en attendant une hypothétique visite sur ton blog d'autiste plutôt que venir ici te faire caillass' par les macs de l'internet.

    RépondreSupprimer

Fous au moins un pseudo, les anonymes ça nous pète les yeukous.