2 nov. 2013

DIANA PRINCE OF TEXAS

En 1988, à une époque où Lou Reed était moins rongé par les vers que par l’héro, deux gaillards du Texas marquent au sol les routes de l’Etat ravagé par les incendies forestiers. Prince of Texas (Prince avalanche en vého) est un film écolo, la place de ciné te coûtera donc 18 euros. Écotaxe ma gueule.
Prince of LU
Deux hommes, deux conceptions de l’écologie. Paul Rudd est un rousseauiste : après le chantier, il plante sa tante en forêt et sniffe l’air pur en méditant sur l’utilité des Travaux Publics. Le week-end approchant, aux alentours du mardi pour tout employé de mairie qui se respecte, Emile Hirsch n’a qu’une hâte : choper une écolo et la biodégrader.
Paul & Emile & Images, avec leurs dégaines de Fleet foxes, semblent sortir d’un clip champêtre d’indie folk sponsorisé par Pitchfork. Ne t'étonne pas de retrouver une soixantaine de hipsters dans la salle, c'est Explosions in the sky qui signent la soundtrack, notée 6.5 sur Pitchfork. Certes ça vaut pas plus de 6.5 mais 6 VIRGULE 5 quoi, putain t’es prof de maths ou critique musical ? Casse toi.
Prince Yahshua of Texas
Après une trilogie de stoner movies réalisés pour la bande de Prix Nobel Rogen-Hill-Franco (dont le lolilol Baby-sitter malgré lui), David Gordon Green est back dans le game du ciné d’auteur. Pour son grand retour dans le drame forestier, il signe une œuvre bucolique, une réflexion arty et boisée sur l’amitié de type popopowsey. Avec Prince of Texas, DGG te met son Ours d’argent du meilleur réal (qu’il a glané à la Berlinale) en plug anal : tu t’y attendais pas et BIM, t’y prends zizir.
Fun fact. Depuis son précédent film, Emile Hirsch a pris dix kilos. Et il en a probablement 10 de moins que dans le prochain. Josh Peck pour lui.
J’ai rarement passé 1h30 aussi agréable en forêt. À part au bois de Boulogne.
*  *  *
NOTE : 3 / 5
Je donne une note de 3 ou plutôt une note de fdp à la Pitchfork de 1.73² arrondie à la décimale supérieure soit Pi 3.14 sur 5 à Prince of Texas (Prince avalanche).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Fous au moins un pseudo, les anonymes ça nous pète les yeukous.