21 janv. 2014

L’AMOUR EST UN CREAMPIE PARFAIT

Un prof de français a pour habitude de ramener ses étudiantes chez lui, le soir, pour leur dilater la fleur du mal, référence de Baudelaire à l’anal flower, cette pratique du flower popping dont était friand ce gros vicelard de Baubau. Google si t'es un mac.
Bon, on est clairement dans un film de fiction, genre un littéraire arrive à baiser des meufs ptdr.
AMALRIC HUNTER
Donc, le jour l’enseignant élargit les horizons de ses étudiantes et le soir leur élargit l’fondement, c’est donnant-donnant l’Education française dans le secondaire. TMTC les khâgneuses. Jusqu’au soir où l’une d’entre elles disparaît et qu’une enquête fait du prof le premier suspect… Comme une merde n’arrive jamais seule, il s’éprend de Maïwenn, 52 kilos dont 20 grammes de seins.
Véritable aimant à tromblons, le prof est aussi désiré par l’autre plancha à pain du ciné français, Sara Forestier, une tête de mort vissé sur un corps de maternelle. BG, le mec la téj’. Pas à un vice près, l’instituteur est également à deux doigts de l’inceste : un dans la teuch, un dans l’trou d’balle, Karin Viard mode pack de bières. Vu l’bazar, de la Kro. Bière d’ouvriers quoi.
L’AMOUR EST UN ABDELKRIM PARFAIT
L’amour est un creampie parfait se passe l’hiver à la montagne et comme on est dans un film français on est au degré 0° du suspens. Le seul macchabée que tu verras dans ces Alpes meurtrières c’est Schumie. RIP.
Complètement désuet (une réplique « allez zou ! » en 2014, qui dit mieux ?), le film délaisse le thriller pour une étude d’intello-cons à la libido criminelle (le crime étant de baiser entre moches). Car sérieusement, Mathieu Amalric en séducteur c’est quoi cet acteur ? Le mec fait tellement tiép’ que les réals l’ont payé en tickets resto.
Sans mobile ni alibi, le cinéma français est décidément un crime parfait.
*  *  *
NOTE : 0 / 5
Je donne une note de 0 branlette espagnole sur Maïwenn sur 5 à L’amour est un crime parfait.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Fous au moins un pseudo, les anonymes ça nous pète les yeukous.