3 sept. 2014

FUCK HER

Si j’ignore les alertes Tinder et une ex superficielle, la chose la plus proche d’une intelligence artificielle qui m’ait exprimé du désir c’est une pop-up Avast me demandant de renouveler une licence d’exploitation. A part ça je me taperais bien pour voir un xXx-art.avi via Oculus Rift et fleshlight USB mais c’est vraiment la plus grande distance que je puisse admettre entre moi et mon amour propre donc quand j’ai vu le pitch de Her et la tronche de Joaquin Phoenix j’ai eu du mal à buzzer. Et puis est venu le nom de Scarlett Johansson, ça a suffi à me convaincre, moi qui a toujours voulu l’Oculer.

Pour chroniquer le film, j’ai d’abord tenté l’approche ironico-mordante très à la mode sur la blogosphère ciné dernièrement, mais me voilà coeur battant te livrant mes impressions délivrées de tout fiels, rouilles et acides car il s’avère que Her est ravissant, à chaque seconde, et ne saurait être sali par des vaines tentatives de dénigrement. Ça part presque comme une chanson de Voulzy : c’est l’histoire de Théodore + Samantha = amour. Samantha est une IA, c’est aussi la gonz idéale : Indépendante mais taillée pour toi sur mesure, des MAJ à la place des SPM, la capacité de te pondre un album de Fleet Foxes pendant une promenade dominicale,  laissez-lui 5 minutes et elle vous fera voyager aussi loin qu'un épisode de COSMOS. Théodore c’est le type de mec qui a laissé libre court à son côté créatif quand il a choisi son plan de carrière. Accidenté sentimental il n’est plus capable de voir chez les femmes que des corbeilles à foutre, sa vie c’est le bordel. Blessé par un échec sentimental, il cherche à se faire confiance à nouveau. Théodore c’est toi, Théodore c’est moi. Pourquoi tombons-nous amoureux, se demandent Théodore et Sam’ ? Quelles sont les raisons intellectuelles qui nous y poussent, existent-elles ? Est-ce à partir du moment où l’on cherche à rationaliser l’amour qu’il se termine ? Est-ce qu’il faut suivre son cœur ou sa tête ? Suis-je en train de renseigner un compte OKCupid ?  Beaucoup de questions qui raisonnent encore et qui font que je vis dans un album de Sébastien Tellier depuis quelques temps.
Au final Scarlett n’apparait même pas à l’écran, ce qui n’altère en rien la beauté du truc. Her en mettant si bien en scène cette relation redéfinit un standard de qualité dans les couples, c’est la nouvelle bible du vivre à deux dignement. En gros après avoir vu ça plus question de payer à ma zouze une glace à la vanille si elle m’apprend pas en échange deux trois concepts métaphysiques. Tout ça pour dire: toi qui me lis, oui toi, quand je te mettrai une claque sur le cul, saches que c'est parce que tu auras bien mérité ton label Samantha.
A l’amour.