12 oct. 2013

ASBAF VS. METALLICA

Deux films autour de Metallica sont sortis cette semaine, Through the never et Mission to Lars. Dès fois, la vie est une pute.
Déjà, c’était le bordel dans mon ugc de proximité. T'as des mecs, ils sont venus au cinoche avec leur tante. Woh, tu t'es cru au Hell fest, fils de pute ? « Nan man, j'suis punk à chiens moi. » AAH, SCUZ.
Hell fist
Ouais, pour situer un peu le niveau des métalleux, on est entre le moyenâgeux et le chauffeur routier. Godefroy de Montmiraille avec un Iveco de 45 tonnes. Cérébralement limité mais par principe. Pour te résumer, Metallica c'est la k-pop du propriétaire de tractopelle.
Le pitch de Through the never ? Un sosie de Norman fait des vidéos, régisseur du boys band, doit ramener au groupe un objet ultra-méga-über important (un diplôme de solfège ?) mais tombe en plein Printemps arabe à Vancouver. Pris au piège, Norman appelle à l’aide un chevalier médiéval qui débarque foutre la hass à la horde de supporters du PSG. Tout ça est bien sûr prétexte à un concert filmé de Metallica. En 3D steuplait comme le film de Justin Bieber.
Hé Metallica, dois-je rappeller qui a sorti son concert filmé au ciné cette année ? One Direction, M. Pokora et Christophe Maé. Et au moins dans ces films-là, y'avait des tubes.
Heavy metal rouillé
Faut vraiment être un handicapé pour rêver de rencontrer Lars Ullrich. Ou un doux aficionado du IIIe Reich. Putain, si un jour j'ai une idole prénommée Lars Ullrich, faut pas me demander ce que j'aurais fait pendant la 2ème Guerre Mondiale. « M'sieur Pétain ! M'sieur Pétain ! J'ai trois nez crochus dans ma cave ! Je peux avoir un ticket de rationnement en rab ? » Casse-toi.
Dans Mission to Lars, le fanboy est au delà de l'handicap, il souffre d’un autisme rare – c’est à dire que le mec est tellement tout ken que même les médecins ont la flemme de lui trouver un vaccin. Donc, comme il est particulièrement inutile à la race humaine, l'autiste décide de faire chier le max de personnes sur Terre pour l'accompagner backstage dans la loge de Lars Ullrich qui n'en aura pas plus à branler que la propre famille du teubé qui n'a plus passé l’entrée de son HP since 1999.
Même le réal s'en branle. Il filme ça en zoom, à l'arrache, de façon dégueulasse, le type a dû penser à quoi bon soigner les plans pour un mec à moitié triso, c’est pas Le huitième jour sa merde.
Deux films à la hauteur du groupe. Privilégie Anvil ou Lemmy si t’es un vrai chevelu houblonné à moitié sidaïque.
*  *  *
NOTES : 0 / 5 et 0 / 5
Je donne des notes de 0 pogo entre clochards mélomanes sur 5 à Metallica : through the never et à Mission to Lars.

Les 5 commentaires idiots

  1. cest peut etre parceque tu n'es fan que de merde comme 'balla kuduro" enculey!

    RépondreSupprimer
  2. pas de tube ? on a pas les memes tubes, boby.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ps : et puis c'est toi l'attardé qui trouve pas d'autre vanne a balancer qu'une tres fine observation sur la consonnance du nom d'une putain de rockstar. pourtant y'en aurait eu des choses à dire...

      Supprimer
  3. @ l'estrasse Durut : ni au Cap'tain ni à l'H2O ni même au Kes west ils passent Metallica. Coïncidence ? Je ne crois pas.

    @ Anonyme : Tu veux du tube, p'tit pédé ? Deux lettres : KW. Kanye ma gueule.

    RépondreSupprimer
  4. NOTE 0/5
    Je mets une note de 0 à cette critique
    Pas vu le film mais par principe, ne pouvant pas laisser chier décemment sur Lars Ullrich. Ce mec qui a abandonné une carrière de tennisman professionnel pour devenir l'un des meilleurs batteurs de tout les temps ne mérite que mon respect.

    Kanye West.... par bohneur nous avons été préservé jusqu'ici d'un étron filmique à la gloire de sa musique de merde.

    Bien à vous:)

    RépondreSupprimer

Fous au moins un pseudo, les anonymes ça nous pète les yeukous.