18 févr. 2013

ANTIVIRAL : PIRE QUE LA CHIASSE

Beaucoup de lectrices nous supplient de leur faire des enfants. Or, il me semble scientifiquement impossible de procréer par voie anale : chères lectrices, votre addiction à l’anal fuck est incompatible à vos désirs de mère. Chez ASBAF, notre moyenne d’âge équivaut à 10-2 près aux centimètres qu’on se trimballe sous la ceinture, alors s’il s’avère que nous avons des enfants, merci aux lectrices concernées de nous faire parvenir les tests de grossesse avant la fin du mois. Sinon il y a les allocs. À ma connaissance, ce qui ressemble de plus près à ma descendance git soit dans un sopalin, soit sur les joues de l’une d’entre vous.
Dans le monde du cinéma, la descendance est en revanche un fléau à la mode, genre le SIDA sans les hématomes autour du rectum. Tu aimes FF Coppola ? Hollywood te refourgue sa fille Sofia, cinéaste des règles douloureuses et maître ès cupcakes. T’aimes le bœuf, Hollywood te vend du cheval : la fille Lynch, le fils Bowie, la fille Mann, le fils Cronenberg, t’as même le fils Arcady. Bon et puis t’as le fils Gavras, le Findus du 7e art.
Le fiston Cronenberg te sort Antiviral sauf que moi on m’enrhume pas : tout le délire organique, la fascination pour la chair, le mec pue l’inceste vu comme il pompe son dar’. Je trouve ça dérangeant mais selon Christiane Tobira y’a pas d’mal.
Dans un futur proche, tu seras tellement fanboy de ton idole que t’allongeras du cash pour choper les mêmes microbes qu'elle. 10 000 $ la gastro-entérite de Robert Pattison ! 15 000 $ la diarrhée de Rihanna ! 50 000$ la pubalgie de Justin Bieber ! Et combien pour le cancer de la prostate de Dennis Hooper ?
Enculé comme il est, le p’tit Cronenberg s’amuse à t’mettre sous les yeux des saloperies qui te feront remonter ton p’tit déj’ pour peu que tu ais deux chromosomes X : une piqûre sous la lèvre, une aiguille plantée dans les gencives, un mec qui gerbe du sang par hectolitre et pire que tout, un héros rouquin. Si la vue d’une aiguille ou d’un corps full tâches de rousseur t’indispose, passe ton chemin. Niveau décor, Antiviral n’a rien coûté : trois pièces blanches, deux écrans télé, une table, six tabourets, l’équivalent de mon mobilier pour un film en Sélection parallèle à Cannes. Izi. En bonus track : le film te fait découvrir Caleb Landry Jones, le type a moins un blaze à tourner dans le prochain Dolan qu’à designer des chaises, enchanté quand même.
Conclusion : ne faîtes pas de gosse, tapez dans le colon.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Fous au moins un pseudo, les anonymes ça nous pète les yeukous.