26 mars 2014

ARRET AU PORT DE NICE : DEUX MINUTES D'ARRET

Bon ça suffit comme ça, ça fait trois semaines qu'on nous bassine avec le MH370, alors que moi j'ai flairé le coup de pub depuis le début. Faire disparaître un avion de la surface du globe tout ça pour faire parler de Non Stop, sans rire plus rien n'arrête les agences de comm'.
Liam Neeson, un marshall de l'air avec un problème d'alcoolisme fait son taf pepouze dans un long courrier lorsqu'il reçoit des sextos de pirates de l'air. Un passager mourra toutes les 20 minutes jusqu'à ce qu'une rançon soit versée. Bon, ça fait longtemps qu'on le sait Hollywood n'a plus d'idées. Il y avait d'abord eu Samuel L.Jackson qui devait se battre à coup de micro-ondes contre des serpents dopés, maintenant Liam Neeson contre une bande d'enragés du sms lol sur fond de trafic de coke et de combattants de la liberté. Putain, mais c'est quoi le suivant ? Matt Damon versus des loutres qui luttent contre le réchauffement climatique ? Ceci dit, je serais prêt à payer pour voir ce film.
Avec son pitch bas de plafond, le film atteint difficilement des sommets mais trouve un rythme de croisière assez sympa avec le traitement de l'enquête en huis clos à 8000 pieds. On regrettera forcément le dénouement de l'histoire qui se fait à la truelle, et de manière générale le film possède un des cadrages les plus amateurs récemment vus. En revanche l'intrigue est suffisamment bien montée pour instaurer une parano pas trop dégueu et nous plonger avec intérêt dans l'enquête. Bon après, si tu sais décrypter les codes du ciné, tu pisteras dès le départ que le bad guy c'est forcément un étranger. En même temps, est-ce que cela aurait été crédible autrement ?
Au casting, on retrouve Qui-Gon Jin, Julianne peinture vaginale Moore, Scoot McNairy et Corey Stoll. Pas grand chose à dire, si ce n'est qu'on a du mal à se détacher du personnage de Corey Stoll qui a une palette d'acting si réduite, que son rôle de Peter Russo dans House of cards lui colle à la peau. Derrière la caméra, on retrouve le mec qui avait su nous surprendre avec son film d'horreur Esther, et qui rempile ici une seconde fois dans les thrillers des productions Joel Silver après son Sans Identité dont on se serait bien passé. Manquait plus qu'une BO et on aurait pu tout envoyer en l'air. 

Voilà, tout ça pour vous dire, non le MH370 ne s'est pas crashé, il a été détourné en Islande par des indépendantistes LGBT associés à l'amicale des hipsters Paris 11, ils revendiquent le droit d'égalité et réclament des brunchs à moins de 15€.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Fous au moins un pseudo, les anonymes ça nous pète les yeukous.