20 juin 2012

180 KILOS DE JONAH HILL

T’as une vie de merde au point de la passer sur ce shitty blog ciné. On a recruté pour toi et toi seul le Yoda de la blague sur les bites a.k.a Jonah Hill, un sens de l‘humour céleste monté sur 90 kilos de graisse. En l’espace d’une semaine, le mec t’a sorti l’air de rien ses deux derniers films qui trustent direct le top 1 et 2 de la comédie of the year. Izi.
21 JUMP STREET : c’est l’adaptation de la série télé qui n’aurait jamais dû révéler Johnny Depp. T’as certainement pas connu, en gros la série était un combo dégueu entre Miami vice et Hartley cœur à vif : des flics intégraient un lycée en tant qu’élèves pour démanteler des trafics de drogue. En 1987 c’était pas compliqué : suffisait d’arrêter le seul black de l’établissement, boum, fin d’épisode, au suivant. En 2012, comment rendre ça palpitant ? Arrêter les mexicanos du bahut ? Qui ça aurait intéressé à part un public de texans décérébrés ? Sur ce coup-là, Hollywood a eu une idée en or en confiant ce projet merdique à Jonah Hill : il a travesti le concept, recruté deux réals brillants (Phil Lord et Chris Miller, auteurs d’un anim’ topissime Tempête de boulettes géantes) et placé une vanne sur les bites dans chacune des scènes. Jonah joue le gros nerd de service. Channing Tatum, l’abruti quaterback de base. Le duo fonctionne aussi bien que moi dans ta mère, le rythme ne faiblit jamais, ça célèbre la connerie avec tellement d’amour que c’en est attendrissant.
 
THE SITTER : les distributeurs ont opté pour un titre vf tout en finesse histoire de rameuter le max de boloss aux séances de 22h : Baby-sitter malgré lui. Quitte à pourrir la street cred du film, moi j‘aurais tenté le tout pour le tout : Dans la peau de mon ami Joe baby-sittor héros malgré lui. Le pitch tient sur un tampax : Jonah Hill fait la nounou pour trois chiards. Si tu viens te rencarder sur les films ici plutôt que sur allociné, t’es pas con, t’auras tout de suite compris que Jonah va embarquer les gosses dans une histoire pas possible. David Gordon Green est à la réal, le mec est perché, il a réalisé un stoner movie en 2009  (Pineapple express) et n’en est toujours pas redescendu : The sitter marque sa patte, quelque part entre le décalage et l’autisme. Jonah Hill enquille comme un chef les vannes (sur les bites, what else), les trois mômes sont trognons, la réal est sse-cla. On laisse Steeven de Hénin-Beaumont conclure : « jé taper dé barre ac lé fréres !! exellent se film, jle conseile a tous Dans la pot de mont ami Jo le baby-siteur hero malgret lui !!! »
Remercie Jonah Hill. Grâce à lui, t’arriveras enfin à faire rire tes copines.

Les 11 commentaires idiots

  1. 21 Jump Street passe plutôt bien mais ça reste léger (sans volonté de faire une blague sur le poids de Jonah Hill^^)

    RépondreSupprimer
  2. 21 Jump Street... Mouais ! Très faiblard à tous les niveaux! Force est de constater qu'en terme d'écriture Jonah Hill, avec le talent d'acteur qui est le sien, n'a pas le même talent d'un Seth Rogen pour écrire des dialogues vifs et percutants. Mieux vaut revoir l'excellent SuperGrave ou American Trip ou Jonah fait des étincelles à chaque seconde que ce nanar sans consistance. En comparaison, je viens de voir Very bad cops en DVD, une autre comédie policière, et il n'y a pas photo entre les deux.

    RépondreSupprimer
  3. 21 Jump Street est pas mal , il m'a fait rire , et je pense que c'est le but .

    RépondreSupprimer
  4. alors d'abord une correction : il en tient bcp des choses sur un tampix !
    ensuite : mais pourquoi s'infliger des films pareils ? pour pouvoir écrire une chronique comme ça ? bon ok, ça valait la peine... ;)

    RépondreSupprimer
  5. 21 jump street je me suis bien marré, j'ai surtout kiffé le caméo à la fin ;)
    Mais ça s'arrête là :D

    RépondreSupprimer
  6. My gode, Vincent va voir des films de mede. C'est la fin des haricots. o_O

    RépondreSupprimer
  7. 21 Jump Street, était juste énorme (tout comme Jonah Hill) même Tatum était bon, par contre The Sitter, vous étes sous lsd c'est pas possible, c'est ce qu'on peut faire de pire dans la comédie U.S.!

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  9. Et si jamais il grossit encore, il va s'appeler Jonah Mountain ?

    lol

    a+

    RépondreSupprimer
  10. Je plussoie la blague d'Albert Fish

    RépondreSupprimer
  11. Soirbon!
    Je traverse votre beau blog léger et délicat de part en part depuis 6h ce matin, et c'est la première fois que je vois une allusion faite à un film d'anime (si ce n'est votre vomi sur Moi moche et méchant, qui ok n'est pas original, mais bordel de cul il est quand même bien animé): tempête de boulettes géantes (qui, on est bien d'accord, déboîte[insérer allusion à ta sœur/mère/ex/jument]). A quand une vraie critique dégueu sur un film d'animation, histoire de vous attirer un publique plus jeune?

    RépondreSupprimer

Fous au moins un pseudo, les anonymes ça nous pète les yeukous.