16 févr. 2012

LA VERITE SI JE MENS 3 : PLUS FORT QU’UNE BAR MITSVA

Le week-end dernier, je ne savais pas quoi faire. J’étais invité à cette bar mitsva qui ne me disait rien qui vaille, j’étais en rade d’enveloppe et encore plus de thune, sans compter que j’ai désormais franchi ce stade où plus aucune fille ne me croit lorsque je lui annonce que je n’ai « que » 14 ans. Tant pis donc pour le petit Yoni, le fils de mon banquier à qui je donne des cours du soir de géographie dans le but de récupérer mon chéquier et ma carte bleue, je lui ai préféré La vérité si je mens 3.
A peine arrivé, j’ai eu l’impression que la bar mitsva de Yoni s’était délocalisée dans mon ugc de proximité. Ça dansait le mayim mayim un peu partout et il y avait du verre cassé sur le sol. Etrange. A la caisse, même style d’embrouille, le ticket pour La vérité… coûtait un bras : « 19€80 la place ? à ce prix-là Richard Anconina est en 3D, vous offrez une coupe de champagne, les pop-corns sont casher ou j’ai un rendez-vous avec un dentiste après la séance ? » En même temps le mec essayait de me vendre une assurance mais je m’en étais plutôt bien sorti : mon prépuce était toujours intact. Tout juste entré dans ma salle, c’était la synagogue Elie Dray, les mecs essayaient de soulever les sièges avec leurs mômes assis dessus, le public avait été semble-t-il chauffé à blanc par les publicités HSBC. J'ai pris part à l’audience, hurlant des « yallah » pour éviter de faire désordre.
Alors si t’as déjà vu La vérité 1 ou le 2, pas besoin de te faire un topo, le scénar n’a pas bougé : c’est toujours des mecs qui confectionnent des chemises avec des cols plus grands que la bande de Gaza, qui se font entuber une fois et qui répliquent par un piège à con tellement gros que même eux seraient capables de tomber dedans. Alors t’as toujours Patrick Abitbol qui a l’air vénère même quand il sort une vanne. Toujours Yvan Touati. Yvan Touati, quoi. Yvan Touati qui n’était déjà pas intéressant dans les n°1 et 2 et qui ne voit pas pourquoi les scénaristes lui auraient écrit un bon rôle cette fois-ci. Toujours Eddie Vuibert qui dit à chaque fois « Allez les gars, déconnez pas » quand les autres déconnent. Toujours Dov Mimran qui soigne le stade terminal de sa gadelmalite – c’est-à-dire qu’il ressemble à Gad Elmaleh quand il a la gastro. Et bien sûr, toujours Serge Benamou qui porte les valises des autres parce que c’est un larbin – et parce qu’il est accessoirement la caution comique des Vérité si je mens. Le film vaut exclusivement pour cette bande de potes qu’il fait bon de retrouver durant 1h50 de scènes pas trop mal dialoguées, on n'ira pas y chercher un plan kubrickien ou une référence à Yasujiro Ozu. Ça ne sert donc à rien d’emmener tes potes de classe qui se targuent d’avoir lu Rimbaud en anglais ou de savoir calculer un algorithme d’Euclide de tête, j’espère que tu l’as bien pigé.
Le film est pas difficile à suivre, normalement tu pigeras la combine tout seul comme un grand. D’aucuns diront qu’il est impossible d’entuber la Chine, surtout dans leur second secteur d'activité de prédilection après le riz : les baskets. Pas faux. Les scénaristes ont même pensé à la gent féminine : les héros font fortune grâce à un site de vente en ligne, le genre de trottoirs html sur lesquels ces dames aiment bien traîner.
A la fin de la projection, Yoni a débarqué sur l’estrade, Max Boublil avait même fait le déplacement pour l’animation. Plus de doute : l’ugc avait bien été privatisé pour la bar mitsva. Pour me casser, j’ai été contraint de manger du jambon casher et de lui refiler une enveloppe. Moralité : ce genre de merde ne me serait jamais arrivé au Pathé.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Fous au moins un pseudo, les anonymes ça nous pète les yeukous.