23 nov. 2009

2012 : LA REVIEW DE MERDE EN 5 MINUTES

Ouaip, 2012, il aurait fallu me payer de grandes quantités de saladiers de coke pour que je me ramène au ciné voir cette merde, au final je suis tombé dessus sur internet lors d'une séance privée gratuite au cinéma du coin. Donc bon, « Pourquoi ne pas en faire profiter les lecteurs d'ASBAF », hein.
Au regard de l'article 15 de mon amour propre je me devais symboliquement de ne pas passer plus de temps à voir ce film et en faire sa review qu'il ne m'en faut pour poser une pêche un lendemain de soirée. J'ai arrondi ça à vingt minutes. J'ai vu le film en un quart d'heure, pas mal de temps en accéléré, donc c'est parti pour une review de cinq minutes max : il est 18h50, à 18h55 c'est posté. Du coup je vais juste vous raconter l'histoire très rapidement.

J'ai commencé le film à 45 minutes in, vu qu'il n'y a que du blabla à la con avant apparemment. Comme diraient les sous-hommes qui voulaient voir ou sont allés voir 2012 : "non mais j'y vais pour les effets spéciaux tu vois" donc hein, si même eux ne sont pas intéressés par l'histoire on va zapper. Alors il se passe un truc à 45 50 minutes, la ville commence à s'écrouler ou je ne sais quoi, c'est plutôt marrant mais alors qu'est-ce que c'est mal fait. Ensuite il ne se passe plus rien donc j'avance, on arrive à un volcan qui explose et Woody Harrelson (?!) n'arrive même pas à arrêter des pauvres débris qui lui tombent sur la face. Ensuite le héro est dans un genre de van et évite les débris qui tombent du ciel, on comprend vaguement qu'il doit rejoindre un avion sur le point de décoller, à l'intérieur l'attendent sa meuf et un mec qui doit sûrement le faire cocu. Ils y arrivent, l'avion décolle à l'arrache mais you-pi, on est les meilleurs ça a marché.
Ensuite j'avance, j'arrive sur une deuxième scène où un avion doit décoller à l'arrache (?!), ouaip cimer Roland on avait compris la première fois hein.



Ensuite du blabla, il doit encore se passer un truc fin du monde approved mais ça ne m'a pas marqué. Puis on voit des gros bateaux, sans doute des arches de Noé 2.0. Après ça, encore une foutue scène d'un avion qui manque de s'écraser (oui oui). Avant la fin on est téléporté dans l'Himalaya où un moine bouddhiste se prend vaguement (c'est l'adverbe) un tsunami venant de derrière les montagnes en pleine face, sûrement l'équivalent en flotte de toutes les douches qu'il a dû sauter dans son existence (un juste retour de karma dans son fondement de religieux à la con si vous voulez mon avis). On se demande l'espace d'une seconde comment une vague peut taper les 8000 mètres de hauteur mais tout va bien, on est dans un Emmerich. Ensuite si j'ai bien compris les gentils riches embarquent dans leurs gros bateaux et évitent la vague ou je ne sais quoi.

THE END

La prochaine fois une review de Twilight avec deux grammes dans chaque paupière.


PS: Et bien entendu j'emmerde bien profond tous ceux et toutes celles qui ont payé leur place pour ça.

Bise.

Les 12 commentaires idiots

  1. T'as quand même osé le regarder, et sans moi en plus. Pauvre fou ! Que Dieu t'accorde son pardon, et sauve ton âme de damné.

    RépondreSupprimer
  2. tu n'as officiellement plus le droit de me narguer à propos du Jour d'Après.

    lapidation!

    RépondreSupprimer
  3. Oh mon Jean Ba... Dieu tu as osé! En même temps, fallait pas qu'on s'attende à un chef-d'oeuvre
    1. de la part d'un guignol de réalisateur pareil
    2. avec une histoire basée sur les délires d'un peuple qui devait passer son temps à sniffer du Banania...
    (J'attends avec impatience ta review de Touaïlaïte ;o) )

    RépondreSupprimer
  4. du banania ? tu es gentille je trouve.

    @howl : je suis extrêmement borné et n'arrêterai jamais pour Le Jour d'après. Jamais.

    RépondreSupprimer
  5. Le titre canadien du jour d'après c'est pas "La MEGA loose" ?
    J'ai gagné.

    RépondreSupprimer
  6. tu veux dire MEGA loose parce que la BO française est signée Chimène Badi et que Howl a bien aimé ce film ? (tout ça pour Gyllenhall, encore plus honteux)

    RépondreSupprimer
  7. For the record, la b.o. n'est pas de chimène badi, vous vous êtes foutrement craqués l'autre jour.

    Bande de tarés.

    RépondreSupprimer
  8. Et puis bon moi aussi j'ai du dossier sur vous question mauvais goût, donc coucouche-panier les connards. :)

    RépondreSupprimer
  9. Wouaouh comment tu prends la mouche. Tranquille pépère, on parle pas de toi là. FOR REAL

    RépondreSupprimer
  10. oui pour jake je maintiens et je suis CERTAINE que le jour d'après est moins pire que 2012. alors je vous emmerde et je rentre à ma maison! ou alors je propose qu'on se retrouve autour d'un film que l'on appréciera (ou détestera) tous.

    RépondreSupprimer
  11. Haha Akwell tu me déçois, je pensais pas que t'allais prendre ça au premier degré. Sale Genetup.

    FOR REAL.

    RépondreSupprimer

Fous au moins un pseudo, les anonymes ça nous pète les yeukous.